Mots-clefs

, ,

tsukushi

Titre : Tsukushi

Auteur : Aki Shimazaki

Éditeur : Actes Sud

Pensez à un jardin zen japonais, pensez à un diamant dont chaque face serait une phrase parfaitement juste et ciselée, ajoutez une dose de fragilité : vous aurez un roman d’Aki Shimazaki.

L’intérêt que j’ai éprouvé pour cette auteure, depuis son premier roman publié en France par Actes Sud, ne s’est jamais démenti et n’a jamais été déçu. On pourra toujours pinailler en disant que c’est un peu toujours la même histoire… ce serait omettre les différentes thématiques abordées. Disons pour résumer que la construction est toujours un peu la même mais ce n’est pas moi qui m’en plaindrai : pourquoi échanger un diamant contre un bijou de pacotille ?

Les thématiques précédemment traitées par Shimazaki tournent irrémédiablement autour des secrets de famille et renvoient à la problématique de la filiation. Si le présent ouvrage semble suivre la même voie, l’apparition de l’homosexualité frappe le lecteur par sa soudaineté. Voilà de quoi rompre toute routine de la lecture et fissurer le beau diamant… comme dans chaque roman de Shimazaki.

Le but de Shimazaki n’est pas d’être violente dans son traitement des faits ou dans son style littéraire mais d’aborder des idées fortes avec des personnages, disons, tranquilles et sans soucis apparents. La vie se déroule chez elle comme un long fleuve tranquille parsemé de rochers qui affleurent à la surface de l’eau pour en rompre la monotonie avant que celle-ci ne retrouve son cours habituel.

Extrait qui illustre bien ce côté long fleuve tranquille : « J’entre dans la maison. J’ai soif. Je vais à la cuisine boire de l’eau. Il est presque cinq heures et demie. Je n’ai pas encore faim. Le gâteau au fromage que j’ai pris au quartier chinois était un peu trop riche. Ce soir, il me suffira d’un repas léger : une salade ou une soupe. En buvant de l’eau, je me rappelle que ce soir, à sept heures, il y a une émission sur l’histoire de l’art japonais. Elle fait partie d’une série qui m’intéresse beaucoup. Je pense prendre un bain avant de m’installer devant la télévision. »

Publicités