Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Malenfer - Tome 1

Titre : Malenfer – Tome 1

Auteur : Cassandra O’Donnell

Éditeur : Flammarion

Une forêt avance et « mange » tout ce qui est sur son passage. Dans peu de temps, Malenfer avalera la maison de Gabriel et de Zoé dont les parents sont allés quérir l’aide du magicien de Gazmoria. Gabriel et Zoé, respectivement 12 et 10 ans, vivent seuls depuis deux mois, sans nouvelles de leurs parents, et continuent de fréquenter leur école. Un matin, un copain de classe de Gabriel disparaît.

Gabriel et Zoé, nos deux héros aux pouvoirs émergents, vont partir à la recherche de leur copain et découvrir l’antre d’un dragon qui pour méchant qu’il soit ne fait que protéger son domaine. Zoé a des visions qui lui permettent de sentir certaines choses : déchiffrer l’avenir, estimer la dangerosité d’un endroit, percer le secret qui entoure l’équipe enseignante de l’école (s’ils se font passer pour humain en travestissant leur nature réelle, le directeur est un loup-garou, le professeur de Gabriel un Willigow – une créature ailée –, la maîtresse un troll, la surveillante une elfe, le gardien un nain et l’infirmière une sorcière.

Je ne garderai le silence que sur Gabriel, le reste étant dévoilé assez rapidement au début du livre.

J’ai reçu ce livre en service de presse et l’ai immédiatement donné à mon fils, 8 ans. Il faut dire que le bandeau accompagnant le livre stipulait « le premier livre de fantasy à dévorer dès 9 ans ». J’avais donc décidé de faire le test grandeur nature. Allons droit au but : c’est gagné pour Cassandra.

L’avis de Thomas :

Thomas a beaucoup aimé les personnages de Gabriel et de Zoé. 10-12 ans, âge qu’il aura bientôt, ni trop proche ni trop loin, lui allait parfaitement bien. Et quel enfant ne rêverait pas d’avoir des pouvoirs magiques !

La lecture du livre ne lui a pas posé de problème et il a pu faire un résumé fidèle de l’histoire même s’il était parfois un peu brouillon en voulant donner un maximum de détails, mais cela est propre à son jeune âge. Preuve que c’est donc accessible.

Il m’a semblé soulagé de savoir que le monstre n’était en fait qu’un dragon défendant son territoire… peu importait finalement que le copain disparu, ayant été dévoré par le dragon, ne puisse pas revenir.

En résumé, j’en connais un qui va attendre avec impatience la suite…

Mon avis :

Je ne pouvais pas ne pas lire ce livre qui m’a paru effectivement adapté au plus jeune public en âge de lire et pourtant… si les premières pages m’ont semblé vraiment écrites et particulièrement adaptées au niveau de lecture des 9 ans et plus, cette impression s’est estompée au fil de l’avancée de l’histoire. Le temps a priori que les choses se mettent en place. Je me suis pris au jeu et j’ai parfaitement oublié que je n’avais pas 9 mais 41 ans !

On se laisse porter par Gabriel et Zoé, têtes brûlées (surtout Gabriel), qui partent sur les traces du danger qui rôde autour de l’école et du lac tout proche, aidés par quelques amis, Ezechiel, un peu casse-cou qui les suit partout, Thomas, froussards et râleur mais bonne pâte, et Morgane, jolie brin de fille un peu fonceuse et dont Gabriel est amoureux.

Cassandra ne va pas trop loin dans les rapports amoureux et reste sur le plan du « t’es mon copain/t’es pas mon copain » qui prévaut encore aux alentours des 10 ans. Le sentiment amoureux n’en est qu’à son esquisse à cet âge et il n’était effectivement pas nécessaire d’en faire plus au risque d’en faire trop.

Cela n’empêche pas Cassandra d’aborder, en jouant sur la notion de différence (Gabriel et Zoé ont des pouvoirs peu communs qui se développent, le corps enseignant n’est pas humain mais le cache) pour plaquer un petit message sur le racisme et le rejet de l’autre uniquement par méconnaissance et besoin de trouver un coupable.

Le livre se termine comme il se doit sur une note ambivalente : Gabriel découvre l’existence de son pouvoir mais ne l’accepte pas vraiment. Ce rejet fait résonner en lui une voix aux accents maléfiques peut-être dangereux pour le jeune garçon. Le côté obscur de la force n’est pas loin mais permet de ménager un suspens pour les développements du tome 2.

En résumé, j’en connais un second qui va attendre avec impatience la suite…

Publicités