Mots-clefs

, , , ,

Une valse pour rien - Catherine Bessonart

Titre : Une valse pour rien

Auteur : Catherine Bessonart

Éditeur : L’Aube

Tu valseras pour rien mon vieux

La belle que tu serres dans tes yeux

Ce n’est pas de l’amour

C’est une envie d’amour

Tu valses avec une ombre

Allain Leprest

J’avais découvert Catherine Bessonart avec « La palette de l’ange » où j’écrivais que « Le commissaire Chrétien Bompart est, il faut dire, un type bizarre tout de même. Certes il résout des enquêtes… mais il en ressort complètement vidé physiquement, il procède par associations d’idées, saute du coq à l’âne en réussissant toujours à trouver malgré tout un lien entre les deux… Il est attachant ce commissaire qui a des faux airs débonnaires, divorcé et avec plein de chansons dans la tête, dont la majorité est de de celles que personne ne connait. »

Autant préciser de suite que tout ceci n’a pas changé. On retrouve un commissaire Bompart toujours aussi tourneboulé par sa séparation d’avec sa femme, en transit dans sa propre vie, un peu hébété par cette situation. Ce qui ne l’empêche nullement de mener à bien son enquête : un homme s’écroule en pleine Gay Pride à Paris, poignardé avant qu’un deuxième puis un troisième cadavre, tous les deux d’homosexuels, ne soient trouvés par la police.

On se laisse facilement porter par le caractère si singulier de Bompart, un peu moins par l’histoire qui n’a que peu d’importance, finalement. Il ne s’agit ni d’un plaidoyer pro-homo ou pro-mariage gay ou pro-PMA/GPA. Quand bien même les propos que Catherine Bessonart met dans la bouche de ses personnages tendent vers un soutien aux communautés LGBT, cela ne semble être qu’un prétexte pour (bien) trousser une histoire autour du personnage de Chrétien Bompart.

En dehors de cela, Catherine Bessonart distille très bien son histoire : le style est toujours agréable et fluide, les saillies verbales et comportementales du commissaire sont toujours aussi plaisantes à suivre, les deux lieutenants qui tentent désespérément de suivre le rythme des pensées de leur patron insomniaque sont toujours aussi paumés.

Quant à la crédibilité de l’histoire, de « l’atypicité » d’un tel commissaire au sein du 36 quai des Orfèvres, du final façon Robin des Bois (particulièrement atteint psychologiquement) contre le monde, on ne s’y attachera pas tant le sujet n’est pas et n’a jamais été cela.

Bompart est à Bessonart ce qu’Adamsberg est à Vargas, le ciment, le terreau des livres, au-delà de l’intrigue et du déroulement de l’enquête, qui va de rebondissements en contacts et connaissances bizarrement utiles en passant par des éclairs de génie du commissaire, secondaires.

Et qu’est-ce que vous faisiez avant ?

J’étais psy.

-chiatre, -chologue, -chanalyste ? Je vous épargne le -chotique !

Publicités