Mots-clefs

, , , , , , , ,

agent nommé Parviz

Titre : Un agent nommé Parviz

Auteur : Naïri Nahapétian

Éditeur : L’Aube

Ami lecteur, viens toi aussi te perdre dans l’esprit mensonger par habitude autant que par talent de Parviz. De mensonges en faux semblants, de vérités en contre-vérités, de manipulations en franchises, Naïri Nahapétian nous plonge dans une affaire d’espionnage qui mêle CIA, services secrets français, gouvernement et ingénieurs iraniens, sur fond de nucléaire iranien.

La prouesse de Naïri Nahapétian est de créer un personnage principal, Parviz, qui a tout été et le reste encore : aux côtés de Khomeini lors de la prise de pouvoir, emprisonné ensuite par celui-là même qu’il a accompagné, recruté par la CIA puis par la DGSE, amoureux d’une militaire iranienne, il est passé par tellement de choses qu’il en devient impossible de démêler le vrai du faux. C’est ce qui fait la force de ce personnage qui glisse entre les doigts de tout le monde. Les différents services secrets utilisent-ils Parviz ou est-ce lui qui les utilise ?

Et encore faut-il noter que les autres personnages n’en sont pas moins fouillés pour autant. Ne serait-ce qu’à travers Florance Nakash et son entourage, Naïri Nahapétian rend compte de la complexité du rapport des iraniens avec leur propre pays, leurs propres dirigeants, passés ou présents, d’une relation faite d’attirance et de répulsion.

Le second talent de Naïri Nahapétian est de faire tenir son histoire en très peu de pages, condensant, ne gardant que l’essentiel, laissant le futile et les à-côtés (en dehors de ceux concernant Kiana, la femme de l’ingénieur iranien en voyage d’affaire à Paris qui décide d’accepter son transfuge en France, et le poème d’Avicenne sur l’oiseau, qui fonctionnent comme des petites respirations dans l’histoire par ailleurs tendue au cordeau, qui sont les seuls éléments, pourtant intangibles, auxquels Kiana peut se raccrocher) pour se concentrer sur le déroulement factuel de l’opération d’envergure menée plus ou moins de conserve par les services secrets français et américains.

Et pourtant que cela est admirablement bien écrit ! Naïri Nahapétian parvient à être aussi passionnante qu’intéressante historiquement (pour un ignare comme moi). Grâce lui soit rendue pour ce livre…

Publicités