Mots-clefs

, , , , , , , , ,

satisfaction

Titre : Satisfaction

Auteur : Dominic Lamblin et François Salaün

Éditeur : Larousse

It’s only rock and roll… and he likes it !

Dominic Lamblin aura vécu une partie de sa vie grâce aux Rolling Stones… Les Rolling Stones auront eu un début de carrière placé sous l’aune du travail de Dominic Lamblin. Nous n’irons pas jusqu’à dire que la carrière française des Rolling Stones doit tout à Dominic Lamblin, leur musique, leur longévité et leur enthousiasme parlent pour eux. Mais Dominic Lamblin a fait partie des premiers à participer en France aux tournées et à la promotion de leurs disques.

Si la vie professionnelle et personnelle de Dominic Lamblin a tourné d’abord pratiquement exclusivement autour des Rolling Stones, ce livre, étant un livre de et sur Dominic Lamblin avant d’être un livre sur les Rolling Stones, dévoile les us et coutumes de monde du disque du milieu des années 60 à la fin des années 80, période des principaux succès professionnels de Dominic Lamblin.

Il y est évidemment énormément question des Rolling Stones, de leur musique, de l’évolution du groupe, des tragédies qui ont émaillées leur parcours, mais il n’y a pas que cela. Dominic Lamblin a été un témoin privilégié, dans tous les sens du terme, de cette époque un peu folle où l’originalité et le culot autant que le feeling musical prévalaient largement sur le business et l’argent : d’abord acteur de ce milieu à la limite de l’interlope, son statut de professionnel lui a ouvert des portes (y compris les plus petites qui menaient aux backstages et aux coulisses ou aux soirées privées – de peu de choses en général et de peu d’artifices ou d’alcools en particulier –).

Il a fréquenté une partie du gratin de la scène musicale internationale et les anecdotes dont il émaille le livre, si elles ne révolutionnent pas l’histoire de la grande famille du disque, empruntent autant aux faits divers qu’aux vraies rencontres que l’on peut quand même faire dans ces milieux à la réputation aussi artificielle, pour ne pas dire superficielle, que le monde du show-bussiness. Et pourtant on sent une certaine retenue chez Dominic Lamblin : tout juste évoque-t-il certaines relations privilégiées sans que ce qu’il raconte ne montre clairement la force et la sincérité de ces amitiés.

Dominic Lamblin évite l’écueil consistant à sombrer dans la nostalgie d’une époque clairement révolue. Certes il s’y raccroche parce qu’il ne peut pas renoncer à ce milieu, à cette ambiance même si elle a évolué, mais il ne regrette pas les excès du passé, ni la passion qui animait l’état d’esprit aussi bien des musiciens et chanteurs que les professionnels. Il continue à vivre avec ses souvenirs et ses projets parce que rien ne s’arrêtera jamais, malgré la mort. Mais seule la vraie et définitive mort physique pourra mettre le mot fin sur une vie parmi d’autres, sur un destin parmi d’autres.

Dominic Lamblin a parfois tendance à faire un peu trop du « moi je », au détriment de la peinture d’époque, mais après tout, on ne peut pas parler de ce qu’on a vécu en y étant totalement étranger. Le plaisir d’avoir mis ses pas dans ceux de légendes, d’avoir survécu avec eux à leurs excès, auxquels nous serions bien incapables de résister, d’avoir rompu avec Keith ou avec Mick le temps d’un album solo, d’avoir pris tant d’avions pour suivre les routes musicales aux allures de montagnes russes des Stones, d’avoir craint maintes fois devoir les enterrer en même temps que leurs proches, fait oublier le ton parfois trop badin ou qui pourrait parfois ressembler à de la prétention de la part de Dominic Lamblin. Cette manière de se mettre en avant ne révèle pourtant, à la lecture du livre, aucune envie de briguer des lauriers qui ne seraient pas à lui. Il a simplement eu une chance inouïe que nous n’avons pas eue : celle de mettre ses pas dans ceux de Dieux… et nous de l’envier un peu…

Dominic Lamblin partage en plus avec nous des photos et des souvenirs personnels (set lists, goodies, lettres, pass…) qui émaillent les différents chapitres comme autant de respirations entre deux lignes… je vous laisse décider de quoi…

Publicités