Mots-clefs

, , , , ,

Titre : Colère noire

Auteur : Jacques Saussey

Éditeur : French Pulp

Cible atteinte ?

Première enquête de Daniel Magne et Lisa Heslin, sa coéquipière, néophyte dans la police parisienne. Dans un appartement proche du Canal Saint-Martin, le corps sans vie de Serge Taillard est retrouvé inerte dans sa baignoire, électrocuté. Suicide ou meurtre ? L’enquête s’oriente rapidement vers le meurtre de cet industriel provincial dont la vie se déroule essentiellement en dehors de Paris où l’enquête s’encre pourtant car Serge Taillard est un ancien militant d’extrême-droite au parcours politique chaotique et malgré tout jamais inquiété par la justice. Rajoutez à cela la passion de la chasse et vous aurez les trois sources potentielles du crime dont a été victime Serge Taillard : son rôle de grand patron industriel, la politique ou la chasse.

Daniel Magne et Lisa Heslin suivent la piste sanglante de morts supplémentaires au fur et à mesure qu’ils avancent dans leur enquête.

Le personnage de Magne est le plus fouillé de l’histoire : c’est le personnage principal, il est logique qu’il bénéficie d’une exposition plus importante que les autres protagonistes. Mais il est un peu dommage que les autres personnages en pâtissent, notamment Lisa Heslin. Après, il s’agit de la première enquête du duo, parue en 2008, objet de la présente réédition, on peut imaginer que Daniel Magne ne prendra pas à chaque fois tout l’espace.

Sur la forme, ce livre est bien écrit mais il y en a un peu trop, en terme de pages. Jacques Saussey aurait pu faire plus court même si on ne s’ennuie pas au fil de ce récit fleuve.

Sur le fond, Jacques Saussey développe tranquillement son histoire en lançant de-ci de-là ses quelques réflexions sur le monde politique et les exactions passées des groupuscules d’extrême-droite, sur les magouilles politiciennes avec le monde industriel, sur l’entre-soi de ces deux mondes qui font plus que se côtoyer, qui s’aiment.

Au final, l’enquête principale à proprement parler de Daniel Magne se clôt une centaine de pages avant la fin du livre en livrant au lecteur le comment mais pas encore le pourquoi. Jacques Saussey relance alors son récit en livrant la partie la plus intéressante de son livre : les liens entre les différents fils de son histoire.

Au final, un résultat mi-figue mi-raisin avec un fond intéressant mais un peu trop délayé.

Publicités