Étiquettes

, , , , , , , ,

Titre : Echos dans le temps

Auteur : Pierre Bordage

Éditeur : J’ai lu

Tempus fugit(if)

Un inédit de Pierre Bordage ? Un truc qui ne fait pas 500 pages au bas mot ? Tu veux dire qu’il y a une bombe littéraire de SF à portée de main ? Mais oui, jeune padawan, utilise la force et procure-toi (légalement) ce petit opuscule où tout le talent de Pierre Bordage fait encore une fois merveille.

Bon, ok, je ne suis pas forcément très objectif quand il est question de Pierre Bordage mais force est de constater que même avec un thème lu et relu, l’auteur parvient à livrer un récit tout à fait passionnant et intéressant.

Pour résumer, il y a du Terminator dans cette histoire : un homme vient du futur dans le présent pour exterminer des criminels qui ont fui leur époque. Qu’ont-ils fait ? Qui sont-ils ? Les éléments de réponse apportés par Pierre Bordage ne laissent pas penser bien longtemps qu’ils sont de vrais criminels mais plutôt des personnes ayant fui une société qui voulait récupérer leurs découvertes scientifiques. Pourquoi les tuer ? Pourquoi doubler la mission de l’homme envoyé dans le passé par d’autres tueurs ?

Pierre Bordage va plus loin que la simple notion d’actes du passé ayant un impact sur le futur. Il parvient à faire boucler son histoire et ses implications en entremêlant passé et futur où les actions du futur ont autant d’impact sur le passé que celles du passé sur le futur. En cela, et comme bien souvent avec Pierre Bordage, il y a une intelligence diabolique mise au service d’un scénario parfait.

Le fait de réduire son histoire à moins de 200 pages ne permet évidemment pas à Pierre Bordage de structurer une société avec la minutie et la science dont il fait habituellement preuve. Contraint d’aller à l’essentiel, Pierre Bordage se concentre sur les personnages et la structure narrative de son récit. Grand bien lui fasse ! Il livre là un somptueux roman d’anticipation tout en pointant du doigt la dangerosité d’une société qui aurait finalement réduit l’humanité à ses séquences génétiques, la contrôlant, la maîtrisant, la manipulant… la transformant en un objet dont tout désir à disparu, l’aseptisant totalement.

Pierre Bordage cultive clairement le culte de la liberté, de l’imperfection qui définit l’humanité dans sa diversité le plus totale, de l’altérité qui rend l’humanité passionnante et vivable.