Mots-clefs

, , , , , , ,

Titre : La nuit du second tour

Auteur : Eric Pessan

Editeur : Albin Michel

Une crête, un creux…

Autant pour une fois le titre de ce billet s’est-il rapidement imposé, autant cette lecture m’a laissée perplexe. Certainement parce que ce que j’en avais lu m’avais fait cataloguer ce récit dans une case « politique » qui le limite par trop dans l’attente qu’on peut en avoir.

Si l’histoire se déroule la nuit du second tour des élections présidentielles avec en toile de fond l’accession du Front National au pouvoir suprême, ce décor, certes indispensable au récit d’Eric Pessan, n’en reste pas moins qu’un décor. Il accompagne, sous-tend, exacerbe le véritable récit, fait corps avec lui mais n’est qu’un déclencheur de l’histoire.

Mina et David ont été en couple, ils se sont séparés. Mina, par crainte du résultat des élections, a décidé de fuir la France en embarquant sur un cargo commercial à destination de la Guadeloupe. David, lui, est resté en France et traverse cette nuit tel un zombie dans un monde en décomposition.

La tempête qui bringuebale le paquebot sur lequel voyage Mina et le chaos dans lequel David se meut durant cette nuit où sa voiture a été brûlée pendant qu’il était au cinéma ne sont que les manifestations extérieures des bourrasques internes qui les agitent tous les deux.

Eric Pessan concentre son histoire sur ces quelques heures, perdues entre deux mondes, celui d’avant et d’après le résultat pour David et celui se situant entre deux continents pour Mina, et pourtant, il prend le temps de nous parler de ces deux êtres qui sont comme suspendus à un avenir sans promesse et que seule la pensée de l’autre permet encore de tenir debout.

La note d’espoir du récit d’Eric Pessan trouve ses racines dans la relation aux autres. Il n’y a qu’à travers l’autre qu’on peut reconstruire un monde d’entraide et d’espoir. « La nuit du second tour » est un roman, court, qui demande au lecteur de larguer les amarres, un peu comme Mina, de lâcher la bride, un peu comme David, et de se laisser porter par des flots d’émotions, des vagues de mots.

Publicités