Étiquettes

, , , , , , ,

Titre : Jeux de dame

Auteur : Thierry Dancourt

Éditeur : La Table Ronde

Double jeux

Solange Darnal vogue entre Paris et Berlin. Au début de ces années 60, le colonialisme est encore prégnant, Solange déambule Porte Dorée et y croise Pascal, chargé de trier et répertorier les trésors littéraires du musée. Un jeu de séduction s’instaure entre les deux jusqu’à ce Solange quitte Paris pour Berlin où son travail l’accapare.

On saisit rapidement que Solange mène une double vie, et amoureuse entre Pascal et Marc, son boss à Berlin, et professionnelle entre le métier avouable qu’elle présente à Pascal et le job d’espion qu’elle assure à Berlin.

L’enjeu du livre n’est pas tant l’histoire que son atmosphère. Car oui, cette histoire a une gueule d’atmosphère. Tout (d’accord, pas tout mais une bonne part) du brio de Thierry Dancourt est de donner à sa langue littéraire une coloration d’époque, à son style une patine surannée pas du tout désagréable, bien au contraire. C’est léché mais pas artificiellement : l’écriture de Thierry Dancourt est exactement celle de cette époque, comme on en lit peu, comme on n’en lit plus, en un mot comme en cent comme elle devrait être pour cette histoire.

Elle confère à ce livre un charme à nul autre pareil et on se laisse porter par les phrases, par les ellipses qui allègent la lecture, la rendent plus aérienne, par le rythme faussement langoureux qui tend à endormir le lecteur pour le réveiller vers la fin par un rebondissement qu’on peut voir venir de loin mais qu’on ne cherche pas à déflorer, pas trop tôt, pour rester dans ce cocon un peu hors du temps. Comme on voudrait que cette lecture dure un peu plus longtemps.

La forme est au diapason du fond. Ce n’est pas forcément rare en littérature mais quand c’est à ce point bien fait, il faut le souligner.

Tout comme Thierry Dancourt laisse en suspension plein de scènes, de dialogues sans les jouer jusqu’au bout, alors que le lecteur devine parfaitement ce que ne dit pas ou ne montre pas l’auteur, il laisse en suspension les vies de Solange et de Pascal pour mieux laisser le soin au lecteur d’imaginer leurs suites.

Thierry Dancourt procède tout en finesse, par petites touches, un peu jaunies, un peu décaties mais tellement savoureuses et qui ont quelque chose d’authentique. Thierry Dancourt suspend le temps à travers son récit pour le plus grand bonheur de ses lecteurs.