Mots-clés

, , , , ,

Titre : Xangô

Auteur : Gildas Girodeau

Éditeur : Au-delà du raisonnable

L’art du Xangô argentin

30 ans séparent la scène inaugurale du livre et le reste du récit. 1986-2016. De l’Argentine de la guerre des Malouines et des dictatures à la France contemporaine, l’action se déroule intégralement de nos jours mais prend ses racines dans un passé vieux de trente ans.

Cette première scène du livre est extraordinaire. On y voit une mère argentine totalement sombrer dans la rancœur et en appeler aux forces mystiques des divinités locales pour venger son fils, décédé dans le torpillage de son navire au cours de la fameuse guerre d’indépendance livrée par les argentins contre l’occupant anglais.

De nos jours en France, un corps est découvert du côté de Perpignan, tête tranchée, avec des dessins étranges autour du corps, dans le sable, laissés par l’assassin. Seule Laurence Guéguen, policière bretonne titulaire d’un diplôme en psychologie, fait le lien entre les dessins et les rites d’origine africaine et existant également en Amérique du Sud.

Comment parler de l’Argentine à des lecteurs de polars français semble avoir été la contrainte que s’est imposée Gildas Girodeau. J’avais été ébloui par son précédent texte (« Antonia ») paru en 2015 aux mêmes éditions Au-delà du Raisonnable. Le ravissement n’est pas le même ici dans la mesure où l’écriture est connue et où la facture du récit est plus classique, plus polardeuse avec une enquête en bonne et due forme. Le souffle épique d’Antonia s’est légèrement apaisé. Et pourtant, ce « Xangô » tient toutes ses promesses.

Il y a certes quelques facilités ou coïncidences utilisées par l’auteur pour faire avancer l’enquête mais il sera beaucoup pardonné à Gildas Girodeau pour la toile de fond historique qu’il met en avant. Sur fond de meurtres rituels qui se propagent de l’Argentine à la France en passant par l’Angleterre, Gildas Girodeau remet en lumière une histoire pas si vieille que cela et pourtant mal connue des petits jeunes de 40 ans comme moi. Rien que pour rappeler à quel point les grandes stratégies étatiques mélangées aux intérêts économico-politiques peuvent avoir des conséquences dramatiques sur certaines personnes et/ou populations, ce livre mérite votre intérêt.

En proposant une lecture limpide et une histoire dans laquelle on ne se perd jamais, on se met à croire aux Dieux de la vengeance, on se prend à perdre la foi dans les arcanes du pouvoir et dans ceux des forces de l’ordre qui symbolisent les luttes de pouvoir à plus petite échelle. Gildas Girodeau réussit à passionner son lecteur avec deux niveaux de lecture : d’abord l’enquête à proprement parler, avec les rencontres et les découvertes de Laurence, ensuite l’arrière-plan historique.

C’est un livre qui poussera les plus curieux à se plonger un peu plus dans un sombre épisode des manigances d’état à la française. Il n’y a pas que les Etats-Unis qui ont tenté d’étendre leur sphère d’influence sur l’Amérique du Sud. La France y a aussi promu certains talents inavouables.

Et puis il y a comme une certaine constance chez les auteurs publiés par les éditions Au-delà du Raisonnable : il y a un amour des personnages qui sont travaillés, fouillés, cohérents et qui évitent ainsi l’écueil de le rendre monolithiques. Ils gagnet en profondeur, en rondeur, en nuances.

Ami lecteur, viens toi aussi danser ce Xangô argentin, en deux temps, trois mouvements.

Publicités