Étiquettes

, , , , , , ,

Titre : Une immense sensation de calme

Auteur : Laurine Roux

Éditeur : Editions Du Sonneur

Une immense sensation de bonheur

Une des dernières et merveilleuses lectures de 2018, une des premières et merveilleuses chroniques de 2019. Ce livre est un immense bijou de sensations d’une pureté époustouflante. Je n’ai que des mots positifs qui me viennent à l’esprit, tous plus dithyrambiques les uns que les autres et qui semblent pourtant en-dessous de la réalité et qui pourraient sonner comme de la flatterie gratuite. Il n’en est rien, au moins pour la dernière partie de la phrase précédente.

L’histoire est merveilleusement bien pensée, intelligente et tout ce qu’on voudra mais elle n’a aucune importance, en profondeur. Laurine Roux pourrait écrire sur n’importe quoi, tant qu’elle écrit comme ça, on s’en contrefiche allègrement.

Il est question dans ce petit roman, à peine 120 pages, de transmission, de tradition, de partage, d’humanité, d’humanisme, d’oralité, de matriarcat pour ce qui est du pouvoir et du patriarcat pour ce qui est de la force. La narratrice de Laurine Roux est de la trempe de celles à qui l’on raconte, à qui l’on parle, pas de celles que l’on écoute, elle est de celles à qui l’on se confie, à qui l’on confie tous les secrets, toutes les légendes d’une terre aussi hostile et rugueuse que nourricière. A l’inverse, Laurine Roux est de celles qu’on écoute avec respect et passion transmettre tout cela à travers ses mots.

Elle décrit la naturelle force de la nature, sa beauté féroce, brute. Son écriture tient autant du conte que de la poésie qui trouvent ici une sorte de compromis cristallin et évident. Elle repose sur l’expression limpide des sensations, des impressions, des ambiances, de l’environnement où ses personnages ne font que se mouvoir plus ou moins avec aisance ou difficulté, plus ou moins avec force ou faiblesse, plus ou moins avec amour ou solitairement.

Les lignes de vie des protagonistes sont inscrites dans les chemins sinueux des montagnes, ceux qui, par leurs traces, portent tout la force des contes et des légendes.

Il n’y a pas de dialogues dans ce livre, mais la parole est néanmoins omniprésente, y compris, surtout en fait, quand elle passe par les non-dits, par les phrases avortées.

« Une immense sensation de calme » procure une immense sensation de bonheur à la lecture…