Étiquettes

, , , , , , ,

Titre : Celle qui marche la nuit

Auteur : Delphine Bertholon

Éditeur : Wiz – Albin Michel

A Malo, Malo et demie

Malo, 15 ans, voit sa vie de petit citadin de la capitale perturbée du tout au tout quand son père lui annonce qu’ils déménagent, lui, son père, sa petite sœur Jeanne et sa belle-mère Sophie. Jeanne, 5 ans, est en fait sa demie-sœur. Malo a perdu sa mère alors qu’il avait plus ou moins le même âge que sa petite sœur.

Le déménagement, dans une maison isolée à la campagne, et la perte de ses repères (amis, école, lieux de skate…) entraînent Malo à écumer les alentours de sa nouvelle demeure. Demeure au sujet de laquelle Malo entretient un rapport pour le moins conflictuel. Et ce d’autant plus que sa petite-sœur fait des cauchemars et parle d’une amie imaginaire, Pauline.

Malo se retrouve à mener sa propre enquête avec l’aide de Lili, la jeune et jolie postière de 21 ans. Son objectif final : découvrir qui est Pauline et ce qui lui est réellement arrivé 30 ans plus tôt et surtout pourquoi diantre celle-ci entre-t-elle en communication avec Jeanne.

Rajoutez à cela un été étouffant et quelques orages bien sentis. Delphine Bertholon sait indéniablement créer une atmosphère dont la touffeur et la tension montent petit à petit mais efficacement. Attention, ce livre étant destiné à un public adolescent, Delphine Bertholon n’en fait pas non plus trop : elle dose ce qu’il faut pour un public averti de l’âge de son héros.

Cette histoire a donc une belle gueule d’atmosphère mais elle a plus que cela. Malo est un personnage attachant, ingénieux, curieux. C’est aussi un garçon qui a déjà subi la perte de sa mère et qui sait mieux que quiconque ce que signifie la trahison et les mensonges. Il n’est d’ailleurs pas le dernier à trahir sa petite sœur en allant fouiller sa chambre ni à mentir, ne serait-ce que par omission, à ses parents. Ceux-ci sont à ce titre très extérieur à cette histoire. Ils pourraient ne pas être là, ce serait presque pareil… En tant qu’adultes, ils ne peuvent pas être réceptifs à ce qui se passe avec Malo et encore moins à ce qui se déroule chez Jeanne.

L’âge de Malo et l’amour qu’il porte à sa sœur le rendent réceptif aux symptômes affichées par Jeanne. Le duo, un peu forcé dans ce récit, pourrait aisément vivre de nouvelles aventures dans de nouvelles histoires tant ils semblent complémentaires et liés par ce qui leur arrive dans ces pages. Le lien développé par Jeanne avec le monde outre-tombe et les talents d’enquêteur de Malo ouvrent de larges possibilités d’aventures.

Roman jeunesse, mais pas que, celle qui marche nous emmène bien loin et bien agréablement ! Nuitamment conseillé…