Étiquettes

, , , , , , , ,

Titre : Un menu pour l’enfer

Auteur : Marc Magro

Éditeur : De Borée

Blague potage

Alain Viard est un chef étoilé renommé qui sévit à Monaco. Son restaurant est le théâtre d’un acte terroriste dont on ne sait pas si elle vise Alain Viard ou les membres des délégations des pays d’Amérique du Sud présents dans la Principauté à l’occasion d’un colloque sur le climat.

Le commissaire Valandrin mène l’enquête avec sa fine équipe. A vrai dire, aucun membre de cette équipe, à commencer par le chef, n’est réellement équilibré. Ils sont tous plus bizarres les uns que les autres. Chacun a sa marotte, chacun a son tic, chacun a ses troubles.

A coup de trahisons, de manipulations, d’une bonne dose d’amour et d’un peu de nourriture, Marc Magro mène son récit tambour battant… en y ajoutant toutefois un personnage étonnant : Delorme, en vadrouille à l’autre bout du monde et dont les vilains petits secrets sont dévoilés les uns après les autres.

L’enquête virevolte de Monaco à la Suisse, de l’ex-femme d’Alain Viard à son prometteur commis, des climato-sceptiques aux trafiquants de drogue, des querelles de cuisine au blanchiment d’argent.

Dans tous ces fils, certains sont vrais et d’autres sont, naturellement, de fausses pistes. Dans tout cela, la jalousie fait partie des principaux motifs qui jalonnent cette histoire. Et l’amour aussi un peu.

Chacun a droit à son petit moment de déshonneur dans cette histoire. Personne n’est pas plus dupe qu’innocent, à part peut-être les enquêteurs qui sont plus barges que coupables. Et malgré tout, cette enquête arrive à son terme. L’opiniâtreté du commissaire et sa sagacité n’y sont pas pour rien. Tout comme Marc Magro fait se rejoindre ses fils narratifs, son commissaire Valandrin fait se rejoindre les indices pour résoudre son enquête. Marc Magro est en quelque sorte l’alter ego dans la réalité de son personnage de fiction.

Le récit part peut-être un peu trop dans tous les sens, Marc Magro en fait des tonnes et exagère un peu dans le côté potache. Mais on s’amuse avec lui à lire les « élucubrantes » aventures de Valandrin. Léger et distrayant.