Étiquettes

, , , , , ,

Titre : Le voyage de Madison

Auteur : Chris Loseus

Éditeur : Eaux Troubles

Long is the road

On découvre Madison alors qu’elle est, à Detroit, en train d’acheter une voiture d’occasion pour tenter de rejoindre sa mère mourante dans un hôpital de San Diego. Le road trip qu’occasionne ce voyage, placé sous de lugubres auspices, est lui-même jalonné de cadavres qui se succèdent au rythme des kilomètres parcourus.

Il faut dire que la vie de Madison a été elle-même jalonnée de cadavres, de sa plus tendre enfance jusqu’à tout récemment où elle a vu son compagnon se faire égorgé, sous ses yeux, dans un parking sombre, en fin de soirée.

Qui est ce personnage étrange qui semble semer la mort derrière Madison ? En veut-il à Madison ou, au contraire, la protège-t-il de dangers qu’elle est incapable de voir ou d’appréhender ?

A côté de cette étrange ballade motorisée, Chris Loseus dévoile des pans de plus en plus importants du passé de Madison : sa jeunesse bien entendu mais aussi sa relation avec son compagnon décédé.

Le roman est grosso modo coupé en deux parties. La première consiste à savoir qui perpètre les meurtres. La seconde permet de comprendre pourquoi cette personne est à l’origine des meurtres. Autant le dire tout de suite : il y a assez vite assez peu de suspens quant à l’identité du meurtrier. Du coup, l’intérêt du récit se reporte sur la seconde partie : quels sont les ressorts qui poussent cette personne à commettre de tels actes criminels ? Sont-ils à proprement parler effectivement criminels ? Une part de nous peut-elle cautionner ces passages à l’acte violents ou notre morale est-elle telle qu’elle condamne toute tentative d’ôter la vie à son prochain ?

Ce sont les souvenirs de Madison qui vont permettre de comprendre, à défaut de pardonner, la psychologie malade du coupable. Coupable aux yeux de la justice, la personne qui commet ces crimes ne l’est pas nécessairement aux yeux des êtres humains qui, contrairement au lecteur, connaissent le passé trouble de celle-ci.

Le roman se retrouve alors dans cette position assez particulière de celui dont le fond prime sur la forme et assez bancale de celui dont la première partie est un cran en-dessous de la seconde. Il faut donc passer la première phase du récit pour apprécier cette lecture. Chris Loseus aborde ici le pesant sujet du harcèlement, du consentement, du viol et des traumatismes liés à ces violences autant physiques que psychologiques.