Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Titre : La guilde des aventuriers – Tome 1

Auteur : Zack Loran Clark et Nick Eliopulos

Traduction : Françoise Nagel

Editeur : Bayard Jeunesse

Laissez-vous guilder !

A Pierrefranche, c’est jour de fête et ils ne sont pas pléthores. L’ambiance est habituellement morose : la ville est l’une des rares qui résiste encore à la prolifération de monstres issu d’une autre dimension ; mais elle le fait par le biais d’un ostracisme extrême : seuls les membres de la guilde des aventuriers s’aventurent à l’extérieur des fortifications et empruntent les quelques rares routes qui existent encore. Mais aujourd’hui, c’est l’heure des choix : un certain nombre de jeunes filles et de jeunes hommes vont être recrutés par les guildes. Parmi celles-ci, les quatre guildes majeures sont celles des marchands, des chevaliers, des moines guérisseurs et des mages. Mais la guilde des aventuriers, de par ses fonctions protectrices, dispose d’un droit de préemption sur les adolescents cooptés par les guildes majeures.

Elle va ainsi « voler » Zed, demi-elfe et ensorceleur, à la guilde des mages, recruter Liza, d’origine noble et volontaire, et récupérer Brock, le meilleur ami de Zed, espion à la solde de la guilde des marchands (ça spoile un peu, mais cette information vient très rapidement dans le récit) et meilleur ami de Zed.

Zed, Liza, Brock et le nain recruté par la guilde, Jett, vont se retrouver plongés dans les intrigues de guildes qui sapent la sécurité de Pierrefranche et de ses habitants.

Le récit est somme toute assez banal et très classique. Mais s’ils ne renouvellent pas les codes du genre de l’heroic-fantasy, les auteurs s’en emparent avec un succès certain. Alors le roman reste très orienté jeunesse et s’adresse à un public résolument ado voire pré-ado, mais c’est enlevé, efficace et très agréable à lire.

On se passionne très vite pour le destin de Zed, Liza et Brock. C’est un roman plein d’actions et d’aventures, de pouvoirs, de découvertes, d’alliances et de trahisons, d’amitiés parfois surprenantes.

Mais le récit ne se borne pas simplement à offrir une bonne dose d’adrénaline à nos jeunes têtes blondes (ou brunes, châtains, noires…). Il est énormément question de choix dans cette histoire. Zed n’en a aucun : de par sa naissance, de basse extraction sociale et sang mêlé humain/elfe, il est voué à une vie sans relief. Les choix, c’est lui qui va les subir : la vendeuse d’amulettes l’a choisi et pris sous son aile (quand bien même ses motivations n’apparaîtront qu’en fin de roman), la guilde des mages l’avait choisi mais il se fait chiper par la guilde des aventuriers et s’y retrouve enrôlé malgré lui. Mais Zed a le mérite de jouer sa partition avec la volonté de réussir.

Brock choisit pour sa part de rejoindre la guilde des aventuriers, à la fois par envie de soutenir son ami et parce que la guilde des marchands le lui a demandé. Son caractère fanfaron est son moyen à lui, sa carapace et son armure, pour sauver la face, garder sa contenance et cacher ses doutes.

Liza a une histoire singulière. Fille de noble, elle a grandi dans un monde d’hommes, de chevaliers et s’est forgé un caractère bien trempé, guerrier, combatif et volontaire. Elle possède un leadership naturel.

A eux trois, le cas du nain étant à part dans la mesure où il se retrouve hors jeu assez rapidement pour ce premier tome (mais il est appelé à revenir dans la suite), ils forment une équipe sans expérience mais soudée. La question du destin (ou du choix, ou du hasard, cela dépend de votre état d’esprit) se double ainsi de la notion d’union, de coopération et de soutien.

Encore une fois, le roman ne révolutionne rien. Mais il est efficace et agréable à lire, intelligemment construit et pas dénué de messages positifs. Le passé de jouer de Dungeons & Dragons n’est pas totalement étranger au fait qu’il soit construit autour d’un groupe d’aventuriers soudés, passant par une succession de quêtes et d’aventures. Les ingrédients qu’ils ont mis dans leur roman ne sont rien moins que ceux qui font le succès d’un jeu de rôle.