Étiquettes

, , , , , , ,

Titre : Le roi des Krolls – Tome 1 – Le Livre des Purs

Auteur : Olivier Martinelli

Editeur : Léha

Je suis le roi, le roi des Krolls…

Olivier Martinelli est surtout connu pour ses polars. Son âme d’enfant a rencontré son âme de père, il s’est souvenu des lectures de sa jeunesse et il s’est dit qu’il pourrait peut-être écrire un pur roman de fantasy. Il fallait pour ce faire une bonne histoire. Pas nécessairement révolutionnaire, mais les fondations se devaient d’être solides.

Olivier Martinelli y a pourvu en prenant des peuples isolés sur des îles, confrontés à une menace commune, se souvenant que par le passé déjà ils s’étaient unis pour affronter de féroces guerriers. Ajoutez à cela un zeste de héros déchu et de destinée royale…

C’est basique, certes, mais Dieu que c’est efficace. On se laisse emporter dans la frénésie guerrière orchestrée par Olivier Martinelli qui ne laisse aucun répit ni à ses protagonistes ni à ses lecteurs. Il mène les deux de batailles en combats, de coups d’éclats en revers, de trahisons en alliances.

Sur plus de 250 pages, Olivier Martinelli livre un gigantesque champ de batailles où il est question de bravoure, d’audace, d’attaques, de défenses, de folie, d’exploits, d’union, d’ingéniosité, de témérité, de mort, de férocité, de courage, d’alliances, de trahisons, de victoires, de défaites, d’amour, de famille… j’en passe et des meilleurs.

On peut donc s’arrêter à l’aspect brut de décoffrage, aux combats rondement menés, aux péripéties vécues par les personnages principaux. C’est la partie qui saute le plus aux yeux du lecteur, c’est un fait. Elle peut se suffire à elle-même et la lecture du livre en restera très agréable. Mais ce serait une erreur quelque peu réductrice que de s’en tenir à ça.

Par petites touches, olivier Martinelli parvient à faire passer quelques idées fortes quant à l’importance de l’union dans l’adversité, de l’égalité de traitement entre les peuples. Pour l’auteur il n’y a pas de peuple supérieur à un autre ; il n’y a pas non plus nécessairement plus de noblesse dans les veines d’une personne issue de lignée royale que dans celles d’une personne issue du peuple. Seuls les actes comptent, dans la mesure où ceux-ci reflètent le mode de pensée et de réflexion de la personne qui les exécute. Prévue en deux tomes, ce récit est tout à la fois dépaysant et emballant. Vivement la suite.