Étiquettes

, , , , , , , ,

Titre : S’abandonner

Auteur : Séverine Danflous

Editeur : Marest Editeur

Pour mieux se retrouver

Prenez un homme abandonné à sa peine amoureuse. Donnez-lui un projet de reportage télé sur la rupture. Faites-le rencontrer des femmes qui livrent leurs témoignages. Ajoutez le style de Séverine Danflous. Portez à ébullition dans le cerveau des lecteurs. Puis laissez-y mijoter le texte quelques semaines. Servez enfin votre billet sur un récit qui parvient à rester poétique tout en matérialisant des sentiments !

L’amour est un sentiment puissant en soi. Il pourrait se suffire à lui-même pour noircir bon nombre de pages blanches. Et Séverine Danflous s’en sortirait à merveilles. Mais toute cette puissance de la mer amoureuse qui se fracasse par vagues, mise à la disposition de l’auteur, passe la surmultipliée quand Séverine Danflous lui fait aborder les rivages des autres sentiments que l’amour peut provoquer : jalousie, abandon, regrets, espoirs, désespoirs, trahisons, absence…

Mais il ne faudrait pas croire que ce récit-catalogue de sentiment soit fastidieux, bien au contraire. Chaque histoire est intimiste et pourtant fait appel à des sentiments universels. Et c’est en cela que Séverine Danflous peut toucher chacun de nous. Le lecteur peut se sentir concerné par à peu près tous les témoignages imaginés par l’auteur.

Et ce d’autant plus qu’elle s’amuse à « matérialiser » les sentiments dépeints lequel à travers une robe, avec un livre, avec une chanson… Rendre les émotions tangibles n’est pas donné à tout le monde. Le faire avec style, grâce et poésie encore moins. Et pourtant Séverine Danflous s’en sort à merveille.

Malgré l’indéniable charme du texte, la forme ne doit pas faire oublier le fond. Au-delà de la description des sentiments amoureux, Séverine Danfloux n’hésite pas à aborder, avec toujours le même talent, des sujets plus sombres autour de la violence des sentiments et des êtres humains, de leur brutalité, de harcèlement…

On ne sort pas totalement indemne de cette lecture. Mais n’est-ce pas ce qu’on cherche au fond avant de pénétrer dans un livre ?