Hellraiser – Clive Barker

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Titre : Hellraiser

Auteur : Clive Barker

Traduction : Mélanie Fazi

Editeur : Bragelonne

Monter au septième enfer

Il ne m’avait plus été donné de lire du Clive Barker depuis… tellement longtemps que cela remonte à mon adolescence. A cette époque, tout ce qui avait trait aux whodunnit, aux romans de science-fiction, d’heroïc-fantasy ou d’horreur me passionnait. Cette passion est toujours là, tant d’années après. Le talent de Clive Barker ne se dément pas au fil des ans.

Hellraiser est donc le roman à la base des films éponymes. Les Cénobites, créatures venant d’un univers parallèle, peuvent être invoqués dans notre monde. Leur cadeau réside dans l’offrande du plaisir à l’état pur… mais le coût est gigantesque, ce dont n’ont pas nécessairement conscience les invocateurs. Hellraiser est l’histoire de l’un d’entre eux, de son frère et de sa belle-sœur.

L’invocateur dont on perd la trace assez vite s’appelle Franck. Il a mystérieusement disparu dans la maison familiale. Restée inhabitée, elle est investie par Rory, e frère, et Julia, sa femme, avec laquelle Franck a eu une aventure. Franck représente l’archétype de la luxure et de la dépravation faites homme ; Julia est une sorte de pendant de Franck qui s’ignore tandis que Rory n’est qu’un faire-valoir.

Julia va retrouver la trace de Franck, de bien étrange manière. Le désir, le plaisir et la souffrance vont se mêler alors dans une danse qu’Eros et Thanatos ne renieraient pas.

Outre la progression imparable de la narration qui va crescendo dans l’horreur, Clive Barker fait s’opposer les personnages deux par deux. D’une part, il met Franck et son frère face à face. Le second ne fait pas le poids contre son frère. D’autre part, un duel létal oppose Julia et Kirsty. La première, après quelques hésitations, se soumet totalement à ses passions, ses désirs, sa soif de plaisir, à tout prix. Julia n’est pas tant amoureuse de Franck qu’attirée par la source de plaisir qu’il représente : Julia est amoureuse du plaisir. Kirsty apparaît pour sa part en retrait : peu futée, pas très belle, soumise aux autres, écrasée par Julia dont elle est proche au départ. Mais Kirsty est aussi une amoureuse, mais d’un autre genre. Elle est amoureuse de la vie elle-même, ce qui fait une énorme différence.

Les Cénobites ne sont pas si centraux à l’histoire. Ils ne sont que les catalyseurs des pires pulsions et désirs de l’être humain. C’est là que réside le nœud gordien pour lequel je ne suis toutefois pas certain qu’il existe une solution. L’avidité, la tentation, le désir… sont au centre de l’histoire, un peu comme si les sept péchés capitaux étaient la nouvelle bible, les nouveaux commandements de Clive Barker.

Le roman est fort cours mais il mérite votre attention.