Les nuages de Magellan – Estelle Faye – Service de Presse

Étiquettes

, , , , , , , , ,

Titre : Les nuages de Magellan

Auteur : Estelle Faye

Editeur : Folio SF

Du fond de la nuit d’or… de bâbord à tribord… la liberté aussi[1]

Estelle Faye se révèle être aussi intéressante pour les ados que pour les adultes. Ce roman-ci est plutôt destiné aux seconds nommés tant par les sujets que par les personnages ou sa forme parfois elliptique sur certains faits, certaines données de compréhension. Ces nuages ont quelque chose de brumeux : ils ne s’offrent pas facilement et il faut accepter les zones d’ombre. Ceci étant posé, c’est un merveilleux voyage auquel Estelle Faye nous invite.

Les Compagnies ont totalement phagocyté l’espace pour des raisons économiques. Pour certains cette mainmise n’est rien d’autre qu’une inacceptable confiscation de l’espace à des fins privées. Il fut un temps où des rebelles contrecarraient les plans des Compagnies. Ceux-ci avaient même réussi à trouver un endroit à l’abri… derrière les nuages de Magellan… Ce temps aujourd’hui révolu est peut-être sur le point de revoir le jour.

Sous l’impulsion d’une barmaid d’une planète désolée et désolante, avec l’aide d’une ancienne cheffe de la Grande Piraterie, l’espoir d’un espace ouvert renaît petit à petit.

Cette histoire est donc déjà celle d’une amitié entre Mary et Liliam Rochelle. Elles ont besoin l’une de l’autre : la première pour fuir les Compagnies qui la recherchent, voyant en elle la nouvelle égérie de la rébellion, la seconde pour retrouver les traces de son glorieux et libre passé, de sa mémoire camouflée et des nuages de Magellan.

Ce récit est aussi celui d’un combat pour la liberté et contre les monopoles, qu’ils soient politiques, commerciaux, moraux… Le combat mené par ces deux femmes, rapidement rejointes par des aides masculins, est suffisamment juste pour apparaître comme noble aux yeux du lecteur. On s’assimile donc aisément aux protagonistes et à leurs valeurs.

Mary et Liliam font toutes deux preuve de courage, de persévérance, d’ingéniosité, de tactique… Tout cela mis bout à bout (les valeurs mises en avant, les références à une forme de piraterie spatiale, la rébellion de quelques personnes contre une entité toute-puissante et impersonnelle), ce roman a de féroces relents d’aventures à la Albator… Ca sent bon l’épopée, Estelle Faye distille ses retournements de situation à bon escient et sans outrance, sans oublier quelques petites scènes d’action, mais pas trop.

Bref, ce serait dommage de passer à côté de ce roman emballant tant au niveau des personnages, que des situations qu’ils vivent ou que des réflexions soulevées par cette histoire. Car ce livre ne se limite pas à des descriptions d’explorations spatiales ou de planètes et de créatures étranges. Car ce livre… c’est plus que de la SF !


[1] Pour les plus jeunes d’entre vous, ce titre fait référence au générique d’Albator : « Albator, Albator, du fond de la nuit d’or / Albator, Albator, de bâbord à tribord / Tu veilles sur la galaxie, sur la liberté aussi »