Mise à jour – Julien Capron – Service de Presse

Mots-clefs

, , , , , , ,

Titre : Mise à jour

Auteur : Julien Capron

Éditeur : Seuil

Your big brothers are watching (after) you

Léandre Batz est un journaliste d’investigation dont le petit-frère a créé eVal, une application qui donne une nOte à tout, ça on connait déjà, mais surtout à tout le monde, ça on ne maîtrise pas encore tout à fait. Le principe est simple : n’importe qui peut noter n’importe qui sur la base de trois couleurs, sans rien justifier, sans commenter, sans rien dire, une fois par tranche de 24 heures. Vert, orange, rouge, un système d’une simplicité biblique qui a voix d’évangile et régit la vie de tout un chacun à tel point qu’Olivia Muller, actrice renommée et reconnue, va se voir prochainement fermer la porte de l’adoption parce qu’elle n’est pas dans le vert sans que rien n’explique la brutale chute de sa nOte.

Léandre, chevalier au grand cœur comme on ‘en fait plus, décide d’enquêter sur eVal pour comprendre le cas d’Olivia Muller.

Le livre vaut pour deux points précis.

Tout d’abord pour les réflexions sur Internet, sur son intrusivité dans nos vies (ce que nous vivons déjà) et sur les potentielles conséquences sur nos vies de cette immixtion et de cette main-mise de la technologie sur notre valeur. L’être humain est devenu un produit comme les autres. On a maintenant l’habitude de noter et de juger un service, un produit, de (plus ou moins) nuancer notre avis sur Facebook en likant, en rigolant, en étant triste ou étonné face à une publication. Mais on ne réduit pas encore (du moins, je ne réduis pas encore…) notre prochain à l’état d’objet ou de produit. On peut être d’accord ou pas avec n’importe qui, on n’a pas le droit de réduire une personne à une nOte.

L’histoire s’attache donc à relever les failles du système pour mieux le dénoncer. Julien Capron oppose habilement Léandre et Robin, les deux frères, pour permettre à l’un, l’enquêteur, de fouiner, découvrir, comprendre l’hydre créée par l’autre et de lui dessiller les yeux pour bien montrer l’absurdité de son application. Cela aboutira sur la Mise à Jour, mais ça je vous laisse le découvrir par vous-même.

Ensuite, pour la structure narrative choisie par Julien Capron qu’il ne me semble pas avoir rencontré dans toutes mes précédentes lectures, mais bon, je suis loin d’avoir tout lu. Tous les personnages s’expriment à la première personne du singulier dans une succession d’intervention qui se répondent sans pour autant que ce ne soit jamais un dialogue à proprement parlé, qui font avancer l’histoire, complètent les assertions du précédent intervenant narratif. Chacun est donc tour à tour péremptoire mais doit souffrir la critique et la contradiction ou les nuances apportées par les autres personnages.

Ce choix particulier interdit à Julien Capron tout système de flash-back, de retour en arrière… l’action doit se dérouler de façon linéaire même s’il parvient à créer plusieurs fils narratifs pour avoir plusieurs actions simultanées.

Si le livre ne mérite pas à mon sens le qualificatif de thriller que la couverture lui accole, Julien Capron est efficace, intelligent et je n’aurai qu’un mot : vivement la suite, parce que ce n’est que lé début de l’histoire et le garçon a encore des trucs à nous dévoiler, a priori.

Publicités